top of page
Incantation.jpeg

Recherche

Depuis plus de trois décennies, Zab Maboungou/Compagnie Danse Nyata-Nyata trace les trajectoires d’une contemporanéité revue et corrigée. Par son art renouvelé des rythmes et de l’espace vibrant, Zab Maboungou, qui assume la direction générale et artistique de la compagnie, fondée en 1987, et en est la chorégraphe, créé des œuvres à la gestuelle puissante qui mettent en scène les corps engagés d’artistes de la danse et de la musique, à la fois actifs et méditatifs, qui transforment notre relation au temps et à la vie. La rigueur de l’approche dans le mouvement musical et dansé, à la technicité éprouvée, est inséparable de la force et de la liberté qui se dégagent des œuvres dont la poétique rime avec l’esprit philosophique qui caractérise la chorégraphe et auteure. Toutes les œuvres, chorégraphiées, didactiques ou littéraires, musicales ou visuelles figurent cet indicible du mouvement que sont le corps et la pensée.
Avec “INCANTATION”, présentée en ——au Kennedy Center, à Washington , et au Festival international de nouvelle danse de Montréal, en—— , la chorégraphe et interprète se verront qualifiées de “diamant finement taillé” par le New-York Times, inaugurant une ère nouvelle quant au regard porté sur les formes d’art venues d’Afrique.

Mot de la chorégraphe
Le corps est pensée et l’espace est déjà occupé; celui-ci ne peut, dès lors, qu’être négocié. Pour un temps.
C’est là un défi posé au chorégraphe. Ce temps, infiniment divisible, réclame sa musique, ses silences et ses bruits, sa résonance …et notre conscience. De là naît le geste, appelé à redéfinir l’espace, régénérer notre corps et la conscience que nous avons des choses. C’est alors que nous entrons en relation. Notre responsabilité se mesure alors à la folle démesure de nos perceptions et débats. Il en a va ainsi.
La danse, et par conséquent, nos corps, sont à la fois des forces de séduction et de destruction.
Les rythmes que je compose sont autant d’univers scénographiques qui figurent les êtres et les choses dont nous nous faisons les intermédiaires afin de pouvoir danser, c’est-à-dire chanter notre être dans le monde, ouvrir un espace, respirer, et re-naître à la vie.
Le reste est affaire de motif, c’est-à-dire de la forme que devra prendre une telle entreprise, dans la rigueur et la vigueur qu’appelle son propre temps, son rythme.
Physicalité et musicalité constituent un alliage de pointe, de mesure et de nuance, d’énergie et de transcendance.

“La forme est plus que la plastique; elle est un rassemblement de choses.”
Zab Maboungou

bottom of page