top of page

Acerca de

À propos

À une époque où les cultures exotiques ne servent souvent que d’agréments aux œuvres occidentales, Maboungou utilise ses sources avec intégrité artistique.
Victor Swoboda, The Gazette, 22 mai 2010

La compagnie, basée à Montréal, où elle y a ses bureaux et studios (le Centre de Création Danse Nyata Nyata), opère à 3 niveaux, multidisciplinaires, impliquant la création, la formation et la recherche, aux plans local et international.

En ce qui concerne le développement artistique et global et la capacité de l’art de s’ancrer dans la diversité des savoirs et des communautés, Nyata Nyata représente un modèle du genre.

On reconnaît les œuvres de Zab Maboungou/Compagnie Danse Nyata Nyata à cette alliance forte et manifeste entre les plans physique et intellectuel : voire spirituel, qui ont fait sa marque. Portées par une action artistique et culturelle inséparable des œuvres chorégraphiques qui la propulse, toute l’organisation ainsi que les activités de Zab Maboungou/Compagnie Danse Nyata Nyata au plan de la recherche, de la transmission des savoirs et de la création contribuent aujourd’hui à former un vivier pour la création et le renouveau de l’art et de la pensée.

UN ART CHORÉGRAPHIQUE

Depuis plus de trois décennies, Zab Maboungou/Compagnie Danse Nyata-Nyata trace les trajectoires d’une contemporanéité revue et corrigée. Par son art renouvelé des rythmes et de l’espace vibrant, la chorégraphe et auteure Zab Maboungou crée des œuvres à la gestuelle puissante qui mettent en scène les corps engagés d’artistes de la danse et de la musique, à la fois actifs et méditatifs, qui transforment notre relation au temps et à la vie. La rigueur de l’approche dans le mouvement musical et dansé, à la technicité éprouvée, est inséparable de la force et de la liberté qui se dégagent des œuvres dont la poétique rime avec l’esprit philosophique qui caractérise l’artiste. Toutes les œuvres, chorégraphiées, didactiques ou littéraires, musicales ou visuelles, figurent cet indicible du mouvement que sont le corps et la pensée.

LES OEUVRES

« Aucune pensée n’est agissante sans le mouvement qui la porte. Une démarche chorégraphique n’est pas un simple arrangement, mais une redéfinition du sens. »
Zab Maboungou

Corps ancrés et articulés, à la fois solidaires et autonomes dans l’espace multidimensionnel, scénographie sonore et vibrante, avec pour corollaire le mouvement dans sa relation dynamique et profonde avec la musique, ce sont là des traits caractéristiques du travail qu’y accomplissent les artistes et interprètes de Zab Maboungou / Compagnie Danse Nyata-Nyata.

Zab Maboungou, dont la vie s’étale sur 3 continents, l’Europe, l’Afrique et l’Amérique, dont elle parle les langues, tire de l’expérience diasporique son habileté à rassembler corps, identités et formations diverses au cœur d’une entreprise artistique où le rythme est mené de mains de maître pour y structurer l’espace à redéfinir et accompagner les actions de sensibilisation reliant la scène et l’hors-scène qui font le prestige, d’une grande portée internationale, de la compagnie.

 

UN PARCOURS ET UN RAYONNEMENT DISTINCTIFS

Ceux-ci témoignent de la volonté affirmée de la chorégraphe et philosophe de forger un imaginaire qui puisse participer au « redressement de l’histoire », dit-elle, et qui, débarrassé des représentations néocoloniales du corps performatif en danse, sait prendre en compte les pratiques et savoirs ancestraux, ici hérités des traditions de danse et de musique de l’Afrique dans le monde. Tout ceci avec le LO.KE.TO* comme principe d’alignement rythmique, qui engage et articule le corps dans l’espace, en redessine le geste et en redistribue l’énergie.

Lancée dès ses débuts sur la scène du Lincoln Center à New-York, avec le solo Réverdanse (1995), la compagnie est invitée à présenter l’œuvre au Festival Panafricain de Musique, au Congo-Brazzaville (1996), là où sa chorégraphe et danseuse a grandi et a appris la danse et où elle connaît un succès retentissant. Il en sera de même avec le solo Incantation, qualifié de « diamant finement taillé » par Anna Kisselgoff du New-York Times, invité sur la grande scène du Kennedy Center à Washington (1998), puis, pour la première fois en tant que compagnie venue du Québec, en Corée, au Taegu International Dance Festival, à Taegu, et au Pusan International Dancing Festival, à Pusan (1998); à Montréal, au réputé Festival international de Nouvelle Danse (FIND, 1999), puis à Yaoundé, au Cameroun (1999**), où Zab Maboungou y reçoit déjà un hommage pour « son talent exceptionnel à faire rayonner l’art théâtral; » en Afrique et en Amérique.

UN RYTHME ET UNE MANIÈRE DE FAIRE qui ne se démentiront pas au cours des années et qui justifient les honneurs que continue de recevoir la grande artiste, régulièrement.

Présente sur les scènes internationales des 4 continents, Zab Maboungou/Compagnie Danse Nyata Nyata tient, parallèlement – et grâce à sa directrice artistique – le rôle d’une compagnie engagée dans le renouvellement de la formation en danse.

Zab Maboungou co-dirige, avec Alphonse Thierou, le premier grand séminaire inter-africain sur la recherche contemporaine en danse, organisé par le MASA (Marché des Arts vivants de la Scène Africain), à Bouaké, en Côte d’Ivoire (1997), après quoi elle sera nommée par le ministre de la culture, conseillère artistique au MASA, pendant plusieurs années.

Elle poursuit son propre travail à Montréal, où elle fonde, en 2003, le PEFAPDA (Programme d’Entraînement et de Formation Artistique et Professionnel en Danse), un programme sans équivalent, grâce auquel elle met de l’avant ce que sa recherche a extrait des fondamentaux des rythmicultures africaines (un terme de ton invention), dans le monde.

Tout ce DÉVELOPPEMENT suscite beaucoup d’intérêt et elle est invitée à présenter un autre solo, De/Liberate Gesture, à l’université HARVARD, aux Etats-Unis (2011), pour y commenter son approche somatico-cognitive du mouvement, puis, avec la même œuvre, à inaugurer un nouveau département, Center for Performance Philosophy, à l’université de Surrey, en Angleterre (2016).

Cette reconnaissance, qui se double d’un fort IMPACT À CARACTÈRE TRANSNATIONAL, fait de Zab Maboungou/Compagnie Danse Nyata Nyata, une pionnière et leader à plus d’un titre (dont le premier lui est octroyé dès 1993 par Dance Immersion, le seul diffuseur en direction de la diaspora afrodescendante au Canada).

Les communautés africaines, afrodescendantes et diasporiques, en Amérique et en Afrique, reconnaissent en Zab Maboungou une FIGURE DE PROUE de ce développement artistique associé à la réflexion internationale dans les arts, comme en témoigne le tout récent hommage qui vient de lui être fait au Togo par le Festival International du Théâtre et des Arts Plastiques (FITAP; 2022). Et pour la seconde fois, Zab Maboungou assumera le rôle d’oratrice principale de la prochaine rencontre de la seule et unique International Black Dance dans le monde, une organisation basée aux Etats-Unis.

RÉPUTÉE POUR SES SOLOS*, la compagnie est aussi célébre pour ses PIÈCES DE GROUPE* iconiques, telles MOZONGO ou MONTRÉAL BY NIGHT (cette dernière qui renouvelle la présence du violoncelle, remarqué alors dans le solo DÉCOMPTE, en 2007).

Zab Maboungou organise la création selon un MODÈLE EN « QUESTION/RÉPONSE », caractéristique de nombreuses musiques et danses traditionnelles du monde. Les solos, par conséquent, constituent les questions, et les pièces de groupe, les réponses. Les œuvres, ainsi, participent de ce mouvement réflexif si cher à la chorégraphe et MOZONGI (créée en 1997 et qui fut remontée à l’occasion du 25e anniversaire de la compagnie et qui fera l’objet d’une nouvelle mouture prochainement), du fait de sa longévité, côtoie ainsi plusieurs générations de « réponses ».



C’est elle qui do-dirige, avec Alphonse Thierou, le premier grand séminaire inter-africain sur la recherche contemporaine en danse, organisé par le MASA (Marché des Arts vivants de la Scène Africain), à Bouaké, en Côte d’Ivoire (1997), après quoi elle sera nommée par le ministre de la culture, conseillère artistique au MASA , pendant plusieurs années.
Elle poursuit son propre travail à Montréal, où elle fonde , en 2003, le PEFAPDA (Programme d’Entraînement et de Formation Artistique en DAnse), un programme sans équivalent, grâce auquel elle met de l’avant ce que sa recherche a extrait des fondamentaux des rythmicultures africaines(un terme de son invention), dans le monde.


Tout ce DÉVELOPPEMENT suscite beaucoup d’intérêt et elle est invitée à présenter un autre solo De/Liberate Gesture, à l’université HARVARD, aux USA (2011), pour y commenter son approche somatico-cognitive du mouvement, puis, avec la même œuvre, à inaugurer un nouveau département, Center for Performance Philosophy, à l’université de Surrey, en Angleterre (2016).

Cette reconnaissance, qui se double d’un fort IMPACT À CARACTÈRE TRANSNATIONAL fait de Zab Maboungou et de sa compagnie des pionnières et leader à plus d’un titre (dont le premier lui est octroyé dès 1993, par Dance Immersion, le seul diffuseur en direction de la diaspora afrodescendante au Canada).
Les communautés africaines, afrodescendantes et diasporiques, en Amérique et en Afrique, reconnaissent en Zab Maboungou une FIGURE DE PROUE de ce développement artistique associé à la réflexion internationale dans les arts, comme en témoigne le tout récent hommage qui vient de lui être fait au Togo, par le Festival International du Théâtre et des Arts Plastiques (FITAP; 2022).


Et pour la seconde fois, Zab Maboungou assumera le rôle d’oratrice principale de la prochaine rencontre de la seule et unique International Black Dance dans le monde, une organisation basée aux USA.

UN RYTHME DE CRÉATION

Zab Maboungou/Compagnie Danse Nyata- Nyata, c’est aussi un SENS MUSICAL D’UN GRAND RAFFINEMENT , contrastant avec la puissance sonore qui se dégage des œuvres, et qui caractérise la façon dont elles sont construites, au cœur de scénographies rythmiques dont émanent les conversations expertes, autonomes et conjuguées, des artistes de la danse et de la musique.
C’est aussi pour ce sens musical que Zab Maboungou sera invitée à chorégraphier et à danser l’Oiseau de feu, de Stravinsky, à l’occasion d’une tournée de l’Orchestre Métropolitain dans le grand Montréal, avec Yannick Nézet-Séguin (…..)

RÉPUTÉE POUR SES SOLOS*, la compagnie est aussi célébre pour ses PIÈCES DE GROUPE* iconiques, telles MOZONGI où MONTRÉAL BY NIGHT (cette dernière, qui renouvelle la présence du violoncelle, remarqué alors dans le solo DÉCOMPTE, en 2007). 

Zab Maboungou organise la création selon un MODÈLE EN « QUESTION/RÉPONSE », caractéristique de nombreuses musiques et danses traditionnelles du monde.
Les solos, par conséquent, constituent les questions, et les pièces de groupe, les réponses. Les œuvres, ainsi, participent de ce mouvement réflexif si cher à la chorégraphe et MOZONGI (créé en 1997 et qui fut remonté à l’occasion du 25ème anniversaire de la compagnie et qui fera l’objet d’une nouvelle mouture prochainement), du fait de sa longévité, côtoie ainsi plusieurs générations de « réponses » .

Équipe

zabm2015_kevin-calixte.JPG

Zab Maboungou

Directrice artistique et générale

unnamed.jpeg

Angela Cardona

Directrice adjointe

unnamed02.jpeg

Léonora Moncada

Conseil d'administration

Sheila Kavanaght

présidente

Zab Maboungou

vice-présidente

Abdou Malique Ouedraogo

présidente

Yvette Mbogo

secrétaire

Mariya Moneva

administratrice

Frantz Voltaire

administrateur

Francis Martel

administrateur

Partenaires

Calq_noir.webp
cropped-logo_dark.png
logo-conseil-des-arts-du-canada.webp
noir_Logo_CAM+Montreal.webp
logo-patrimoine-canadien-nb_webp.png
bottom of page